« Dans l’espoir qu’un monde soit exhumé par le langage, quelqu’un chante le lieu où se forme le silence » (A. Pizarnik)